> Storylab, l’édition nouvelle génération

 
 
 
Depuis plusieurs siècles, auteurs et éditeurs travaillent de concert pour fournir un rendu de qualité, aussi bien sur le fond que sur la forme. Mais avec les révolutions technologiques de ces dernières décennies, un débat est né. L’arrivée sur le marché du livre « numérique » lu sur tablettes tactiles, divise. Alors que les puristes crient au scandale, d’autres voient en cette évolution un moyen efficace de redonner l’envie de lire. StoryLab propose d’éditer des livres numériques au format court, adaptés à la lecture en mobilité et enrichis de vidéos, sons et autres bonus multimédias interactifs.

 

StoryLab conjugue excellence littéraire et innovation

Dans la rue, lors des trajets pour se rendre au travail ou le soir avant de se coucher, la lecture est un moyen efficace pour s’occuper quelle que soit la situation et l’heure de la journée. Conseillée unanimement, elle divise néanmoins quant à son support. Numérique ou papier, le débat est lancé. Pour StoryLab, le choix est fait. Cette jeune entreprise innovante montre depuis deux ans qu’il est possible de conjuguer excellence littéraire avec innovation multimédia. En se plaçant sur le secteur du livre court, type feuilleton et une ligne éditoriale très large, l’entreprise a ouvert un marché en devenir. « Nous nous positionnons sur des formats que les éditeurs ne font pas parce qu’ils sont très difficiles à commercialiser au format papier et à trouver leur place sur les rayons des libraires », explique Nicolas Francannet, fondateur de

StoryLab. En se situant sur un secteur que l’édition papier ne fait pas, ou peu, StoryLab peut donc faire taire les mauvaises langues. D’ailleurs le numérique n’est pas là pour remplacer l’édition papier. « Le numérique est une énorme opportunité pour le livre. L’objet a encore beaucoup d’avenir. En proposant ce format, il faut aussi le prendre comme une revalorisation du papier qui prend de la valeur grâce, entre autres, à un travail sur la forme ». L’opportunité est donc là pour les deux parties.

 

Un challenge pour l’auteur

En plus d’éditer des livres,

StoryLab propose aux auteurs d’enrichir leurs contenus par rapport à des textes déjà existants sur papier ou au contraire créés pour une lecture au format numérique. « Nous nous sommes par exemple occupés de l’application l’Anglais pour les Nuls sur iPad, et nous l’avons complètement restructurée ». Ajout de sons, de vidéos, possibilité de s’enregistrer. Un texte ne se résume plus à des caractères noirs sur fond blanc. Il y a désormais une véritable vie qui prend forme autour des écrits. Ce sont toutes ces valeurs qui peuvent séduire un auteur. « Il faut savoir que les créations que nous éditons sont à visée numérique. C’est un vrai challenge pour l’auteur ». C’est donc en pleine connaissance des contraintes que les écrivains proposent des nouvelles à l’entreprise qui choisit ou non de les sortir. Et la contrainte pousse à la création. Aujourd’hui, près de cinquante auteurs curieux de tenter l’aventure du numérique ont été publiés, ce qui représente environ quatre-vingt titres. « En 2010, nous ne vendions pas grand chose, mais en 2011 nous avons vendu vingt fois plus ! Nous sommes clairement au début de la vague ». Pour acquérir l’une des œuvres du catalogue de StoryLab, comptez entre 0,99 et 3,99 euros. « Les acheteurs de contenus numériques sont particulièrement sensibles aux prix bas et nos formats courts permettant de proposer des prix en totale adéquation avec leurs attentes. »  précise le fondateur de StoryLab. « et concernant les auteurs, nous leurs proposons des taux de rémunération deux fois plus élevés que dans l’édition traditionnelle ». Une dernière note qui devrait mettre tout le monde d’accord.